Les voiles

frpar Alphonse de Lamartine

Quand j'étais jeune et fier et que j'ouvrais mes ailes,
Les ailes de mon âme à tous les vents des mers,
Les voiles emportaient ma pensée avec elles,
Et mes rêves flottaient sur tous les flots amers.

Je voyais dans ce vague où l'horizon se noie
Surgir tout verdoyants de pampre et de jasmin
Des continents de vie et des îles de joie
Où la gloire et l'amour m'appelaient de la main.

J'enviais chaque nef qui blanchissait l'écume,
Heureuse d'aspirer au rivage inconnu,
Et maintenant, assis au bord du cap qui fume,
J'ai traversé ces flots et j'en suis revenu.

Et j'aime encor ces mers autrefois tant aimées,
Non plus comme le champ de mes rêves chéris,
Mais comme un champ de mort où mes ailes semées
De moi-même partout me montrent les débris.

Cet écueil me brisa, ce bord surgit funeste,
Ma fortune sombra dans ce calme trompeur ;
La foudre ici sur moi tomba de l'arc céleste
Et chacun de ces flots roule un peu de mon coeur.

Autres poésies de Alphonse de Lamartine

La vigne et la maison (IV)

frpar Alphonse de Lamartine, publié le ven. 17/04/2009 à 13:51

Efface ce séjour, ô Dieu ! de ma paupière,
Ou rends-le-moi semblable à celui d'autrefois,

Lire la poésie...

Mon âme est triste jusqu'à la mort !

frpar Alphonse de Lamartine, publié le dim. 01/03/2009 à 21:32

... J'ai vécu ; c'est-à-dire à moi-même inconnu
Ma mère en gémissant m'a jeté faible et nu ;

Lire la poésie...

La Foi

frpar Alphonse de Lamartine, publié le jeu. 19/02/2009 à 15:06

O néant ! ô seul Dieu que je puisse comprendre !
Silencieux abîme où je vais redescendre,

Lire la poésie...

La retraite

frpar Alphonse de Lamartine, publié le lun. 26/01/2009 à 00:22

Aux bords de ton lac enchanté,
Loin des sots préjugés que l'erreur déifie,
Couvert du bouclier de ta philosophie,

Lire la poésie...

L'immortalité

frpar Alphonse de Lamartine, publié le jeu. 04/12/2008 à 03:02

Le soleil de nos jours pâlit dès son aurore,
Sur nos fronts languissants à peine il jette encore

Lire la poésie...

Le soir

frpar Alphonse de Lamartine, publié le mar. 02/12/2008 à 17:06

Le soir ramène le silence.
Assis sur ces rochers déserts,
Je suis dans le vague des airs
Le char de la nuit qui s'avance.

Lire la poésie...